Mes conseils sur l’entrepreneuriat féminin – N°1

Chères amies, chères entrepreneures,

Je vous ai proposé de m’écrire pour me présenter votre entreprise – ou idée d’entreprise – en une phrase, et de me poser une question sur l’entrepreneuriat (vos ambitions, vos doutes, vos difficultés ou encore vos succès). J’ai reçu beaucoup de mails, beaucoup de questions ! C’est ici la preuve que vous êtes nombreuses à entreprendre, à oser prendre en main votre avenir, et à contribuer au développement économique de votre pays. Pour cela je vous félicite, et je vous remercie vivement !
J’ai répondu à chacune d’entre vous. Je vous proposerai ici quelques unes des questions qui m’ont été posées, ainsi que mes réponses.

 


 

Madame Sassou Nguesso,

J’espère que vous vous portez au mieux. Je vous ai déjà contacté une fois sur le réseau social LinkedIn pour savoir s’il vous arrivait de travailler sur des projets avec des étudiantes.

Concernant mon projet, j’aimerais faire une boulangerie dans un quartier populaire au Congo pour donner à la population l’accès à des viennoiseries à faibles coûts comme ici à Paris où j’habite. La réalisation de ce projet sera pour moi un premier pas pour faire plus tard plus de projets dans le social.

Ma question pour vous est : quel conseil donnerez-vous à une étudiante comme moi qui cherche à se lancer et qui voudrait trouver des financements autres que les banques ?

Vous m’inspirer beaucoup, merci à vous de continuer dans votre lancée et pour tout le bien que vous faites au travers de votre fondation.

Bien Cordialement.

 


 

Bonjour,

Vous avez été très nombreuses à m’interpeller sur vos réflexions et problématiques concernant votre projet d’entreprise ou bien votre parcours d’entrepreneuse, et je vous en remercie !

Votre questionnement a particulièrement retenu mon attention, et je souhaite vous faire partager ce premier retour.

Vous êtes en phase de réflexion sur une idée de projet, avec un travail de faisabilité important à faire au préalable.

Tout d’abord il est important de faire faire une étude de marché en amont, en vous centrant sur une gamme réduite de produits : types de pains ? Viennoiserie ? Produits complémentaires type biscuiterie ou boissons ?

Vous serez toujours à temps d’augmenter la gamme au fur et à mesure !

Une fois que vous aurez défini les segments de marché et les « produits à proposer » les plus pertinents au démarrage, dans le sens avec une rotation commerciale rapide, il faut que vous puissiez identifier:

emplacement propice au démarrage, qui soit intéressant et visible sur le plan commercial, et où vous puissiez vendre ET produire dans un environnement normé de boulangerie, avec la partie « atelier équipé » (équipement matériel, pétrins, conservation  etc.)

l’organisation et la stratégie à mettre en œuvre pour faire tourner la boulangerie  à mobiliser : qui va faire le pain et la viennoiserie ? Vous avez la compétence ? Combien coûte un « bon boulanger » ? Prévoir un boulanger et une vendeuse ? Faire un « simple » point de vente pour démarrer et acheter les produits à une boulangerie ??

Autant de questions majeures à lister et de réponses à trouver !

De là, vous pouvez commencer par écrit à faire un prévisionnel financier, même sommaire : chiffre d’affaires des 6 premiers mois, charges attendues (achats de matière premières, location, équipement matériel, coûts de personnel etc.), et vous en déduirez assez facilement la rentabilité. ET surtout les moyens nécessaires pour démarrer. Et de là en découle la question du montage financier à mettre en place, et vers qui vous tourner pour le boucler : proches; famille, tontine, banque, micro-crédit ?

Enfin, vous vivez à Paris, et même si vous venez probablement régulièrement au Congo, il y a tout un ensemble de règles et réflexes à acquérir pour bien vous imprégner du projet et le réaliser, notamment sur le plan réglementaire et hygiène : conditions administratives pour ouvrir une boulangerie ? Etc.

Ainsi, vous avez déjà amorcé votre étude de faisabilité, et vous prendrez donc vos décisions en pure connaissance de cause ! 

Pour conclure, n’oubliez pas que le fait de vous rapprocher d’un partenaire, complémentaire (ouvrier boulanger professionnel, fournisseur de produits pour la boulangerie etc.)  peut vous aider à aller plus vite et plus loin, sous réserve d’être très clair sur les besoins réels de complémentarité, sur les qualités perçues et réelles de cet hypothétique partenaire.

Et plus largement de ne pas oublier que l’entrepreneuriat c’est la science de l’écrit, dont il faut tout consigner par écrit et ne pas hésiter à revenir compléter ou modifier tel besoin d’investissement ou telle hausse de chiffre d’affaires  !

En espérant vous avoir été utile !

Bon courage ! ET croyez en vous, la foi entrepreneuriale féminine soulève des montagnes, sous réserve d’une bonne étude de faisabilité au préalable pour éviter de partir de manière trop impréparée dans le mur !

Danièle